Art de vivre, Mot de l'auteure

Quand…

 

Vendredi dernier, je discutais avec une cliente sur la chance qu’on avait chacune d’avoir un conjoint présent et particulièrement attentionné pour partager nos vies. En discutant, elle témoignait qu’entre le boulot, les responsabilités quotidiennes et les deux enfants ça lui arrivait parfois d’être bête et impatiente envers son amoureux…

On s’est alors questionné sur le  »QUAND ».

Quand oublions-nous que nous sommes follement amoureux?

À quel moment les qualités qui nous renversaient chez l’autre s’effacent doucement et laissent le train-train quotidien prendre toute la place?

Pourquoi on se laisse devenir si frustrée contre la personne qu’on aime le plus au monde?

(Trop souvent pour des détails insignifiants on va se dire!)

Et j’ai eu un flash. Sur un texte que j’ai écrit un peu n’importe comment au début de ma relation avec mon amoureux. Je réalisais tout ce qu’il fait pour moi et surtout les subtilités qui le différencient des autres. J’avais vraiment peur que ce ne soit qu’éphémère. Qu’un éclair de bonheur me quitterait aussi rapidement qu’il avait fracassé mon cœur.

Le voici :

Elle a si peur que ce ne soit qu’un rêve                                      

Elle a si peur que le vent tourne 

Qu’elle décida de griffonner sur un bout de papier

Ce qu’elle doit se rappeler à jamais

Si jamais elle le déteste

Si jamais le temps fait son œuvre et les brise

Elle reconnectera son cœur au sien

À travers ces mots:

* Parce que je vis à travers toi ce que je n’avais jamais vécu avant, un retour à l’essentiel, au vrai, au nature…

* Parce qu’à tes côtés la vie est douce, légère et authentique…

* Parce que mon cœur tremble quand entre nous s’installent encore des espaces temps de gêne tangible, de peur et de recherche d’acceptation…

* Parce que le silence nous est souvent confortable, comme si on est un, en harmonie, communiquant par un regard, un sourire, une caresse…

* Parce que je voyage par tes yeux magnifiques. Parfois remplis de peur devant tout ce qui nous arrive, parfois joueurs et souvent remplis de soleil…

* Parce que tu as remplacé les babounes par des fous rires sincères tellement je te trouve bébé ou encore entêté…

* Parce que mon cœur s’emporte à ton premier sourire du matin même trop tôt… bien avant l’alarme…

* Parce que je craque quand tu serres mon visage entre tes mains… Quand tu m’embrasses si bien, parfois tendrement parfois avec fougue.

* Parce qu’il n’y a que toi pour m’arracher une larme chaque fois que tu cuisines car je ressens ton désir de prendre soin de moi, de me donner une pause.

* Parce que les papillons brassent dans mon ventre chaque fois que j’ouvre la porte et que je vois ton sourire et que tu sembles vraiment content de me voir…

* Parce qu’il n’y a pas de mots pour dire l’excitation que je ressens quand ton corps exprime son désir chaque fois que mon corps se colle au tien…

* Parce que oh combien c’est beau de te voir imaginatif, créatif et que tu me pousses à me dépasser…

* Parce que tu me confirmes que le bonheur se trouve dans les petites choses…

* Parce que je n’ai jamais été aussi bien que enveloppée dans tes bras, le nez collé dans ton cou avec l’odeur de ton parfum qui me chavire.

* Parce que tu m’as pris en un seul morceau. Sans demander de changements, de compromis, sans jugements et surtout sans aucune tentative de me formater à ton image.

* Parce que  »depuis qu’on s’connait » il y a beaucoup trop de synchronicités.

* Parce que tu n’as pas peur du moment présent, de la spontanéité, de la folie, des  »T’es pas game »…

* Parce que la joie que je ressens lorsque tu me partages des photos de moi que tu as capturées et qui semblent te satisfaire. Sentir que tu me trouves belle et que tu as envie d’immortaliser le moment et le rendre créatif…

* Parce que rien ne semble plus fort que toi, le bonheur de te voir si débrouillard et manuel. Tu sembles pouvoir réparer le monde…

Pour toutes ces raisons et pour bien d’autres encore, elle ne laissera jamais la vie briser cette magie. Lui voler son ange. Elle ne veut rien prendre de tout ça pour acquis. C’est tellement délicieux de ressentir autant de bonheur, aussi fort. Se sentir sur son X. Connectée. Comme s’ils se connaissaient depuis toujours. Comme si c’était inévitable que leurs chemins se croisent. Qu’ils étaient faits pour être ensemble…

(28-03-2016)

Les mois ont passé et il est encore là. Entier. Il n’a pas changé. Il ne m’a pas encore donné l’occasion d’être déçue. Mais sans avoir relu ce texte religieusement chaque jour, je sais qu’en l’écrivant je l’ai gravé dans mon subconscient. Le fait qu’à chaque jour je prends connaissance de ce qu’il fait me donne envie d’en faire autant. Notez ici que c’est souvent les détails qui font la différence.

Surtout, je ne veux et je ne laisserai pas le quotidien enlaidir ce que l’on s’efforce de construire.

Un peu par expérience et vraiment très humblement, je pense que l’on doit constamment prendre du recul et se laisser submerger par la beauté de celui ou celle que l’on a choisi et le dire, le beau, le plus souvent possible.

Et si vous preniez un instant aujourd’hui pour lui dire, à votre amour, le beau?

Jul x

Previous Post Next Post

You Might Also Like