Art de vivre, Mot de l'auteure

Ma perfection…

PERFECTION

Qui a décidé que le mot perfection pouvait s’appliquer à l’être humain?

Sur quel point on doit se fier pour juger qu’on est dans le droit chemin et  »parfait »?

Comment fait-on pour être parfait et le rester?

Et une fois que cet état de perfection est atteint, on a atteint quoi au juste?

On répond aux critères de qui et pour quelles raisons?

La société? Des génies du marketing? De notre famille?

Ça vous paraît étrange toutes ces questions? J’ai pourtant vécu avec l’angoisse de la perfection et de la performance très longtemps. Je les ai usés à corde ces interrogations!

Je déteste certains matins quand je sens que j’en ai pas fait assez, même après avoir appliqué deux pouces de make-up comme dans la vidéo de contouring du jour sur mon fil Facebook!

Je déteste certains moments quand je sens que je suis dans une période moins performante au travail ou dans mes projets et que je vois des collègues réussir et que j’ai le sentiment de marcher à travers le sprint final d’un marathon!

Je déteste quand je prends un verre, un redbull, que je mange une poutine, un bol de chips, que je me rappelle que je ne bouge pas encore assez malgré ma SEULE résolution prise en début d’année et je sens que mon entourage est végé, qu’ils boivent ben du Kombucha, ont les yeux brillants, un teint lumineux et sont en shape comme des athlètes!

Ah seigneur!

La perfection n’existe pas.

On le sait.

On se le répète constamment.

Pourtant, suis-je la seule qui souvent ne se sentais pas à la hauteur et terriblement coupable.

La dernière année, j’ai décidé de prendre le temps de réfléchir à mes réels besoins.

Mes réelles attentes envers moi-même et par conséquent envers les autres aussi…

Étrangement MA barre n’a pas besoin d’être si haute, dans toute les sphères de ma vie pour être profondément heureuse.

J’accepte mieux et j’intègre le déséquilibre, les cycles et l’inconstance.

(Équilibre: mot qu’on a tenté de m’imposer pendant des années même si ce n’est vraiment pas dans ma nature.)

(Constance : mot que j’ai essayé de m’imposer comme mantra très longtemps en pensant que c’était la clé de la réussite… La spontanéité et l’instinct? Ça compte pas?!)

Le bonheur est bien personnel.

Il a été pour moi une quête à temps pleins pendant des années.

Au final, j’ai compris qu’à force de plier aux désirs des autres et de me battre à être bien dans un moule qui n’est le mien, je perdais beaucoup de temps à ne pas VIVRE.

Il n’y a qu’une chose qui compte : ce qui me fait VIBRER et me fais ressentir de la JOIE.

Vous?

Vous en êtes où avec la quête de la perfection?

Jul x

Previous Post Next Post

You Might Also Like