Art de vivre, Mot de l'auteure, Tendances

Deux filles à la plage…

IMG_2258IMG_2257

 

 

 

Toute une après-midi à la plage. Doucement à perdre le temps avec Saskia. À vivre le soleil sur la peau, le vent qui frisonne et le rire des enfants libres. À les observer surtout. Une quinzaine de bambins de tous âges s’émerveillant les pieds dans le sable ou encore pour les plus aventuriers dans l’eau. Profitant de la nature. Simplement… Pas de jouets, pas de fla fla et encore moins de technologie. Les parents autour, les yeux fixés sur leur progéniture, gardiens des trésors les plus précieux mais aussi envieux je crois. De sentir la naïveté, la jeunesse encore éternelle et les rires d’un éclat pur et contagieux. Pour la plupart quand même semblant être capable de prendre une pause et quelques grands respires qui apaisent…

Et tranquillement la plage s’est vidée. La marée est montée nous rejoindre. Vague après vague. Notre fleuve majestueux flamboyant par les rayons du soleil descendant. On ne pouvait que se laisser bercer par le doux bruit de l’eau cognant les rochers. Et mon regard s’est accroché sur un immense bateau de transport. Qui de toute sa force tranchait l’eau et semblait bien déterminé à trouver son port et j’ai compris…

Toute ma vie j’ai été une fusée. Ma tête cherchant le ciel. Mes pieds déracinés. Voulant conquérir l’univers. Me propulsant d’un projet à l’autre à la vitesse de l’éclair. J’étais intolérante à la lenteur. Intolérante aux étapes et aux obstacles comme d’autres sont intolérants au gluten et aux produits laitiers.  »Je veux tout, tout de suite et ici » chantait Ariane Mofatt… Ça aurait pu être ma devise…

Toujours observant le géant chargé de bagages flotter sur l’eau, je saisis la transformation. J’ai su immédiatement que la petite fusée échevelée est maintenant un grand vaisseau insubmersible. Suivant sa route calmement, se laissant bercer par les vagues et prêt à affronter n’importe quelle tempête… Acceptant maintenant que le temps est nécessaire et même un allié…

T’es tell’ment tell’ment tell’ment belle

Un paquebot géant

Dans ‘chambre à coucher

Je suis l’océan qui veut toucher ton pied *

Il y a presqu’un an j’écrivais ici que j’avais le désir de m’enraciner. La vie a écouté mon appel et m’a fait rencontrer l’océan… Mes pieds se déposent au sol doucement et je savoure chaque moment en pleine conscience et paisiblement. Les envies, les idées et les projets ne sont pas moins nombreux! Mais ils sont créatifs et patients…

Et vous? Vous sentez vous perdus dans l’univers ou bien groundés sur terre?

Jul x

 

 

*Tu m’aimes-tu, Richard Desjardins

Previous Post Next Post

You Might Also Like